L’accompagnement du deuil périnatal par l’hypnose

Chaque année en France, le deuil périnatal touche un peu plus de 7000 familles. Les parents peuvent être confrontés à plusieurs cas de figure : fausse couche, perte in utero, interruption de la grossesse pour raisons médicales ou encore décès de l’enfant dans les jours suivant la grossesse.

Et si l’on tient compte également des fausses couches non déclarées, le nombre de parents confrontés au deuil périnatal est malheureusement bien plus grand que l’on pourrait le croire.

Sentiment de vide, incompréhension, autoflagellation… Cet événement traumatisant s’avère très difficile à surmonter, d’autant que le sujet reste relativement tabou en France.

Pour aider les familles à faire face au deuil, la pratique de l’hypnose apparait alors comme une aide précieuse et efficace.

Cette thérapie douce vise à amener une personne dans un état de conscience modifiée. Cet état de réceptivité permet au praticien d’accéder aux ressources de l’inconscient de la personne hypnotisée, dans le but de réguler ses pensées et ses émotions.

Un bon moyen d’accompagner les couples qui, de manière soudaine et brutale, doivent affronter la perte d’un bébé.


 

L’hypnose : une thérapie brève au service de la périnatalité

Chacun affronte un deuil à sa façon. Et il en est de même pour le deuil périnatal.
Afin d’être au plus proche des besoins de chacun, le déroulement des séances d’hypnose dépendra donc de la situation vécue, mais également des émotions et des réactions de chaque personne.

Le rôle de l’hypnose lors de l’annonce

En général, l’annonce d’un problème en lien avec la grossesse est portée par le gynécologue qui suit la mère de l’enfant. Plusieurs cas de figure peuvent alors se présenter.

Le gynécologue peut décider, en concertation avec d’autres médecins, de mettre en place une interruption de grossesse pour raison médicale. Il pratique alors un fœticide, qui provoque la mort du fœtus in utero.
Dans ce cas de figure, la mère accouchera d’un enfant sans vie.

Dans certaines circonstances, l’interruption médicale de grossesse est évitée, par choix des parents ou du professionnel de santé. La mère met ainsi au monde son enfant, puis celui-ci est immédiatement placé en soins palliatifs.

Les parents sont alors confrontés à deux étapes majeures de la vie dans un laps de temps très court : la naissance et la mort. S’en suit un sentiment d’impuissance extrêmement puissant, qui peut s’avérer dévastateur pour de nombreux parents.

Quelle que soit la situation, le père et la mère peuvent être pris en charge par un hypnothérapeute immédiatement après l’annonce de la situation par le gynécologue.
L’hypnothérapie va les aider à gérer leur détresse émotionnelle via la mobilisation de leurs propres ressources intérieures.

Les séances d’hypnoses vont également préparer les parents à la suite des événements, afin de les aider à faire progressivement le deuil de leur enfant.

 

L’hypnose lors de l’accouchement d’un enfant mort-né

Lorsque la décision a été prise de procéder à une interruption médicale de grossesse, l’hypnose peut être utilisée pour accompagner les parents dans la salle des naissances.

Le professionnel sera présent pour la mère, notamment si elle présente des difficultés lors des contractions, mais également pour le père. Il leur permettra de vivre la situation le plus sereinement possible, jusqu’au moment de l’expulsion.

En aidant la mère à apaiser son mental et ses tensions internes, l’hypnothérapeute lui permettra de détendre progressivement chaque partie du corps.
Pour parvenir à cet état de détente, il pourra éventuellement faire appel à des images mentales, ce qui facilitera l’ouverture du col de l’utérus et la venue du bébé.

Après l’accouchement, les parents décideront de rencontrer ou non leur enfant sans vie. Quel que soit leur choix, cette étape marquera une avancée majeure dans le travail du deuil.

Par la suite, l’hypnothérapeute pourra poursuivre les séances d’hypnose avec la mère, le père, ou les deux.
Pendant la séance, le praticien amènera le parent dans une forme de transe hypnotique : un état modifié de conscience. C’est ainsi qu’il parviendra jusqu’à son inconscient, au travers duquel il pourra aider le parent endeuillé à retrouver une forme de paix intérieure.


 

L’hypnose : une aide précieuse pour le père et la mère

Quelle que soit la situation à laquelle ils sont confrontés, la perte d’un enfant sera vécue différemment par chacun des deux parents.

Il est d’ailleurs possible que la mère se retrouve seule par moments, comme lors d’une interruption médicale de grossesse. Le père ne peut en effet pas être présent au bloc opératoire pour la réalisation du fœticide.
Il pourra néanmoins rester au côté de la mère lors de l’accouchement de l’enfant sans vie.

Les deux parents peuvent également être envahis par un fort sentiment de culpabilité.

De nombreuses mères se sentent responsables de la mort de leur enfant. Elles peuvent alors être en proie à de nombreux doutes : une autre solution était-elle possible ? Ai-je commis une erreur au cours de ma grossesse ?

L’hypnose leur apportera une aide précieuse pour apporter un nouveau regard sur la situation. Elles apprendront à lâcher prise et prendront conscience d’une chose essentielle : leur choix était le bon, pour elles comme pour leur bébé.

Le père, quant à lui, est souvent confronté à un sentiment d’impuissance. Beaucoup de pères ne s’autorisent d’ailleurs pas à pleurer, dans un souci de rester fort et de soutenir leur conjointe.
Ils peuvent également se sentir envahis par la honte et la culpabilité, notamment lorsqu’ils n’ont pas pu être présents à chaque étape du processus, comme lors du fœticide.

De nombreux pères cherchent à nier leur souffrance. Ils peuvent alors mettre en place certaines stratégies d’évitement censées éloigner le chagrin : éviter d’aborder le sujet, se plonger corps et âme dans le travail ou encore boire de manière excessive.

Ce comportement est souvent dû à un conditionnement culturel selon lequel un homme doit être fort et ne pas exprimer ses émotions. À long terme, cela peut néanmoins s’avérer néfaste pour le couple, en instaurant une forme d’incompréhension entre les deux parents.

Bien que les hommes soient souvent plus réticents que leur conjointe à demander de l’aide, l’hypnose reste toutefois une solution efficace pour les aider à faire leur deuil.

Les séances d’hypnothérapie leur permettront en effet de mieux comprendre leurs émotions. Ils pourront alors faire face à la situation de façon plus sereine, et s’autoriseront à libérer les sentiments qu’ils gardaient enfouis au fond d’eux-mêmes.

 

Blog

L’hypnose au secours de l’infertilité

L’hypnothérapie favorise la relaxation du corps, mais aussi de l’esprit. Elle joue un rôle essentiel auprès de nombreuses femmes inquiètes au sujet de leur infertilité.